La biométrie aux législatives Gabonaises : Attention !

Publié le par metoukec.over-blog.com

0Share

Ali Bongo ou le biometreur roublard

Chers compatriotes,

Une présidence héréditaire ou génétiquement programmée vous pend au nez en acceptant une fois de plus un nouveau somnifère : la biométrie.

C’est comme si une amnésie récurrente ou chronique étourdissait l’opinion générale (intellectuels et citoyens lambda) sur la capacité satanique et mutante du bongoïsme quand on sait que le contexte électoral demeure aussi miné que frauduleux sous le même règne.

Ali Ben va soumettre la Biométrie à la Cour Constitutionnelle et certains leaders de l’opposition y croient en cette supercherie qu’est la « Biométrie électorale ».
Mais de qui continue-t-il à se foutre si ce n’est de vous « intellectuels » (spécialistes ?) qui croyez tout comprendre et être capables de tout solutionner.

Qui aujourd’hui, ou quel ingénieur en télécommunication au Gabon a été capable de tirer l’alarme sur la mise en écoutes téléphoniques de certains Gabonais engagés dans la lutte contre la dictature du bongoïsme ?

Quel ingénieur prétendu très compétent, au Gabon, est capable de nous dire qu’aujourd’hui au Gabon, les compagnies de téléphonie sont sous contrôle direct de la présidence (usurpée) ?

Aujourd’hui vous semblez enthousiastes sur cette technologie sans même vous être équipés dans l’opposition des compétences d’expertise et de contre expertise légales à la mise en place de ces outils !

On (ce système) vous piège à ciel ouvert, comme on dit au village « le vampire en plein jour » sans même que vous puissiez décrypter le filigrane.

Croyez-vous, vraiment, qu’un pays d’une telle superficie (267667km2) et d’une piètre densité (moins de 6 hab. /km2) a besoin d’une telle technologie pour aseptiser l’élection frauduleuse de son dirigeant quand on sait que ces types de moyens sont de véritables leviers pour des régimes absolus qui sont bien conscients que la population ne verra que du rouge, et leurs leaders avec ?

Mais, pourquoi les gabonais verront-ils « rouge » devant cette technologie ?

Simplement parce que : L’achat de ces outils informatiques au vendeur (suivez mon regard) dépendra, il est évident, d’une programmation (configuration) acquise au bailleur (baissez donc votre regard) pour l’usage qu’il doit en faire……………..TRICHER !

L’informatique n’est pas l’intelligence immaculée pour être la panacée à l’illégitimité d’un tel régime, encore moins l’antidote de la programmation d’une victoire électorale sans élection légale. Ne soyez pas benêts à ce point.

Pourriez-vous nous dire combien de génies de l’’informatique le Gabon dispose aujourd’hui et qui soient établis en self made men, c’est-à-dire sans la moindre collusion (duplicité) avec un système aussi infiltrant comme celui d’une dictature sans état d’âme, le bongoïsme ?
Et même si ces génies d’informatique existaient au Gabon sans allégeance au bongoïsme, auront-ils le droit à l’expertise contradictoire et donc objective sur la programmation de ces appareils ?

Existe-t-il aujourd’hui une loi qui garantirait la transparence de ces programmes biométriques dans un usage électoral ?

Qui va valider la neutralité de ces machines depuis la décision de les acheter « à qui » jusqu’à les livrer « à qui » ?
Le négociant (achat) de cette opération sera-t-il un membre de l’opposition ou un membre du PDG, ou encore mieux, un membre « indépendant………..pdgiste masqué » ?

Personne n’est capable aujourd’hui d’avoir une idée sur ces données pratiques qui sont des réalités locales !

Les moindres tentatives de recours n’auront plus la preuve matérielle du choix
de leur candidat contrairement à ce que pensent certains leaders (le papier, les bulletins rejetés pouvant servir de preuve par la simple « règle de 3 » à condition que le nombre de bulletins corresponde bien au nombre de candidats, ce qui est plus facile à vérifier).
On suspecte plus facilement la tricherie sur un résultat calculé et rendu par la main d’un homme que celui rendu par une machine électronique qui plus est quand on ne dispose pas de moyens de contre-expertise, n’est-ce pas !

Et comme nous connaissons l’inclination de la psychologie du Gabonais à l’irrationnel, les conspirateurs répondront à vos pauvres parents du village, illettrés, et autres handicapés de vigilance que « la machine du blanc ne triche pas, elle a donné les vrais résultats ». Le tour est joué.

C’est là, précisément, que le citoyen averti, l’intellectuel aguerri, de loin ou de près, doit alerter l’opinion nationale sur l’impréparation à la transparence de ces méthodes soi disant modernes, alors que le Gabon n’a même pas encore un réseau routier digne, que nos sœurs accouchent encore à-même le sol, eux-mêmes dignitaires de la république venant encore se faire soigner, voire mourir en Europe, et que le paludisme endémique n’est pas encore maîtrisé malgré le « super » hôpital militaire !!!

Non à la biométrie sans contre-expertise de l’opposition !

Non à la biométrie slogan somnifère sans maîtriser toutes les étapes qui serviront à l’instaurer !

Et puis même, cette biométrie, est-ce un gage pour la victoire du peuple ?

NON !

Bruno Ella Nguéma (Tsir Ella)

Source: Bongo Doit Partir (http//www.bdpgabon.org)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article